LOGO Doctinet

DOCTINET Info : L'information médicale de qualité par des professionnels de la santé, sans publicité - Téléconseil médical - Médecine 3.0 - Portail médical

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

anesthesie generaleGénéralités

Plus de 11,6 millions d’actes d’anesthésie sont réalisés chaque année en France métropolitaine et dans les Dom-Tom. En 1996, le chiffre s’élevait à 8 millions.

 

  • 9 millions concernent des patients de plus de 18 ans (hors accouchement) ;
  • 840 000 concernent des actes liés à l’accouchement ;
  • 930 000 concernent des patients de moins de 18 ans.

Réagissez (0) Clics: 1286

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives

regle abcd miniatureDéfinition

Les naevus (ou "grains de beauté") sont des tumeurs mélanocytaires bénignes.
Les mélanocytes sont des cellules disposées à l’état normal de manière isolée entre les cellules de la peau et sont chargées de fabriquer un pigment appelé mélanine destiné à protéger la peau vis-à-vis des rayonnements ultraviolets.

Chaque individu possède de cinq à plus de cent naevus. La plupart des naevus apparaissent dans l’enfance et varient peu au cours de la vie.
Un changement d’aspect d’un naevus doit faire suspecter un mélanome.
Le mélanome est un cancer de la peau issu des mélanocytes.

 

Réagissez (0) Clics: 2767

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Thyroide

La glande thyroïde

 

La thyroïde est une glande endocrine, c’est-à-dire qu’elle fabrique des hormones.

Les hormones sont des corps chimiques circulant dans le corps et permettant le dialogue entre toutes les cellules, tous les organes du corps entier.

La thyroïde est située sous la peau à la base du cou, on peut la palper avec de l’habitude. C’est une glande de petite taille, peu épaisse, qui pèse environ 25 grammes.

Réagissez (0) Clics: 9111

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

AlimentsGénéralités

La situation nutritionnelle des enfants est liée à l’augmentation de l’obésité devenue un défi mondial de santé publique. On parle d’épidémie de l’obésité.

Réagissez (0) Clics: 1415

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives

ToxiquesGénéralités

Ces produits du quotidien, nocifs pour votre fertilité au masculin comme au féminin.

Parmi les couples infertiles, 30 % présentent une infertilité dite inexpliquée, pour laquelle aucune cause médicale connue n’est retrouvée. Les différences de mode de vie et les caractéristiques personnelles pourraient avoir un rôle dans ces infertilités inexpliquées, toutefois, ces mécanismes ne sont pas encore complètement connus(1). Ainsi, de nombreuses substances ont été identifiées comme nocives pour la fertilité de la femme et de l’homme, mais d’autres restent encore à étudier. Les substances nocives pour la fertilité et le développement de l’embryon peuvent provenir de (2-4) :

Réagissez (0) Clics: 2053

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives

colposcopeDéfinition

Il s’agit d’un examen visuel du col de l’utérus, à l’aide d’une loupe grossissante, appelée colposcope. Cet examen est effectué lors d’une consultation gynécologique. Son but est de confirmer ou d’infirmer l’existence d’une lésion du col, suspectée par le frottis cervico-vaginal ou par l’examen clinique. Lorsque l’on suspecte une lésion, la colposcopie permet d’orienter le gynécologue afin d’effectuer une biopsie à l’endroit le plus suspect.

ATTENTION IMAGES SENSIBLES

Réagissez (0) Clics: 4046

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Institut PasteurC’est à l’Institut Pasteur - Paris, comme à son habitude, que s’est tenu le 15 et 16 janvier 2016 le 39ème congrès national de la Société Française de Colposcopie et de Pathologie Cervico-Vaginale (SFCPCV) .

C’est autour des thèmes "Innovations en pathologie cervicale" et "Actualités dans les traitements" que le congrès a réuni environ 600 participants.

Réagissez (0) Clics: 1244

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

ectropion du col uterinGénéralités

Le col de l’utérus correspond au segment le plus bas de l’utérus. Sa partie superficielle se trouve au fond du vagin.

Au niveau du col de l’utérus, deux tissus différents se rejoignent. Le tissu qui recouvre la partie externe constitue l’épithélium malpighien exocervical. Le tissu qui recouvre la partie interne constitue l’épithélium glandulaire endocervical (ou épithélium cylindrique). La « zone de jonction » ou « zone de transformation » constitue la frontière entre ces deux épithéliums.

La zone de transformation peut faire l’objet de variantes anatomiques. Les cellules constituant cette zone peuvent également se transformer et constituer une dysplasie.

ATTENTION IMAGES SENSIBLES

Réagissez (0) Clics: 3037

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

implant contraceptifDéfinition

Il s’agit d’un moyen de contraception hormonale féminine réversible. L’implant contraceptif appelé Nexplanon ® se présente sous la forme d’un petit cylindre de 4 cm de long sur 2 mm de diamètre. Ce petit dispositif contient en son sein une hormone progestative lui conférant son pouvoir contraceptif.

ATTENTION IMAGES SENSIBLES

Réagissez (0) Clics: 2786

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

SyphilisIntroduction

Les IST d’origine bactérienne progressent en France depuis les années 2000.

C’est le cas depuis 1998 pour la gonococcie (« chaude pisse ») ; 2000 pour la Syphilis et 2003 pour la lymphogranulomatose vénérienne (LGV).

En raison de leur progression et de leur rôle dans la transmission du VIH (SIDA) une surveillance épidémiologique a été instaurée afin d’aider la mise en place d’actions d’évaluation et de prévention.

Le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH n° 41-42) de Santé publique en France publie ce 29 novembre 2016 les dernières tendances de ces infections. Ce qu'il en ressort : les IST bactériennes gagnent du terrain en France !

Réagissez (0) Clics: 1308

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

SpeculumPourquoi ?

  • examen systématique annuel ;
  • consultation dans le cadre d’un problème gynécologique.

Réagissez (0) Clics: 5233

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

fecondation in vitroLe don de gamètes (cellules sexuelles, spermatozoïdes et ovules) est désormais ouvert aux personnes sans enfant

Jusqu’à présent, le don de gamètes était autorisé en France aux seules personnes déjà parents (cette condition a été supprimée par la loi de juillet 2011 et était en attente du décret d’application).

Un arrêté publié dans le journal officiel le 8 janvier 2016 vient mettre fin à cette condition et fixe les nouvelles conditions de dons pour répondre à la pénurie de donneurs.

Réagissez (0) Clics: 999

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Soutien-gorge sportGénéralités

L'argument principal en faveur du port de la brassière de sport est la notion d'inconfort engendrée par l'absence de soutien gorge dans la pratique sportive. Mais cette notion d'inconfort portant sur la douleur, les traumatismes et les irritations du mamelon a été très peu étudiée médicalement et est prônée principalement par les industries vendeurs de ces brassières.

Les études ont montré que toutes ces douleurs sont surtout liés à la constitution du sein, à son volume, à l'équilibre hormonal de l'athlète plus qu'aux mouvements réalisés par le sportif.

Réagissez (0) Clics: 1577

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

MooncupIntroduction

Ces troubles vont dépendre du niveau de pratique de l’athlète. Dans le cas d’une pratique occasionnelle, aucune perturbation ne sera notée. Si la pratique devient plus intensive avec un entraînement hebdomadaire de plus de 2 heures, des perturbations peuvent apparaître. L’augmentation de la charge de travail sportif peut alors provoquer des troubles menstruels. On va observer une irrégularité du cycle avec un allongement ou une alternance de cycles courts et longs, des règles très courtes et peu abondantes voire même une disparition des règles. On parle d’aménorrhée, lorsque l’absence de règles est de plus de 3 mois consécutifs.
Avec une pratique de plus de 6 heures hebdomadaires l’athlète s’expose à ces perturbations.

Article réservé aux abonnés

Réagissez (0) Clics: 1406

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives

RunningGénéralités

 

En France, plus de 3 millions de femmes souffrent d'incontinence urinaire.

Les chiffres de Thyssen et al. sont parlants : sur 291 réponses d’athlètes féminines de haut niveau, 51,9 % ont déjà présenté des fuites urinaires et seulement 5 % de ces sportives en avaient informé leur médecin lors d’une consultation.

Vécue par les femmes qui en souffrent comme un véritable handicap, l’incontinence urinaire est restée pendant des années un tabou peu abordé dans le monde médical.

Ce symptôme reste trop souvent considéré comme un témoin du vieillissement, de dépendance, de perte d’autonomie et de contrôle de soi. Par pudeur, par honte, mais aussi par fatalisme ou par manque d’information, les pathologies urinaires sont trop souvent ignorées, négligées et donc non traitées.

Pourtant, il existe aujourd’hui des solutions performantes et appropriées aux différents types d’incontinence urinaire.

Réagissez (0) Clics: 1922

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

SteriletDéfinition

Le stérilet ou dispositif intra-utérin (DIU) correspond à un petit appareil médical placé dans la cavité utérine. Il a comme fonction une contraception locale.

Réagissez (0) Clics: 1926

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives

SteriletIntroduction

Il y a quelques années encore, la pose d’un stérilet (ou dispositif intra-utérin) à visée contraceptive chez une patiente nullipare (qui n’a jamais accouché) était contre-indiquée. Cette réticence était due à de nombreuses idées reçues, aussi bien chez les médecins ainsi qu'auprès des patientes.

L’évolution des mentalités, la mise sur le marche de stérilets de petite taille, la publication d’études portant sur cette catégorie de la population et la polémique sur la contraception hormonale de 3e et de 4e génération survenue en début d’année 2013 font qu’aujourd’hui la demande se fait de plus en plus grande.

Réagissez (0) Clics: 2399

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

MethotrexateGénéralités

Le méthotrexate injecté par voie intramusculaire représente le traitement médical de choix de la grossesse extra-utérine non compliquée, en alternative au traitement chirurgical.

Mais avant tout traitement par ce médicament, le diagnostic de la grossesse extra-utérine non doit être posé avec certitude ; le caractère non compliqué de cette grossesse extra-utérine doit être posé par l’examen clinique et échographique ; les contre-indications à ce traitement doivent être éliminées ; la patiente doit être informée du diagnostic, des risques encourus par ce traitement et être parfaitement en mesure de comprendre sa situation.

Réagissez (0) Clics: 1692

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Virus HPV 2Généralités

Mon frottis cervico-utérin est revenu anormal. Un complément d'examen a été effectué (Typage viral) et montre la présence d'un virus HPV 16 ou HPV 18. Dois-je m'inquiéter ?

Réagissez (0) Clics: 84

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

vaisseauDéfinition

L'anémie est une anomalie fréquente, elle est définie par un manque d'hémoglobine, cette hémoglobine est une substance contenue par les cellules du sang appelées les globules rouges.

On met en évidence une anémie sur les résultats de l'hémogramme, cet hémogramme est réalisé à partir d'un prélèvement sanguin qui consiste à analyser et compter les éléments figurés du sang, les cellules du sang, les globules rouges en particulier et calculer le taux d'hémoglobine, la quantité d'hémoglobine dans le sang, on appelle aussi cet examen la numération formule sanguine.

Il y a anémie chez l'adulte lorsque le taux d'hémoglobine est inférieur à 12 g/l chez la femme et 13 g/l chez l'homme.

Article réservé aux abonnés

Réagissez (0) Clics: 11814

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Maladie coeliaqueDéfinition

La maladie cœliaque est une maladie inflammatoire chronique de l’intestin, auto-immune, entraînant une intolérance permanente à une ou plusieurs fractions protéiques du gluten : notamment la gliadine du gluten. Cela entraîne la destruction des villosités de l’intestin grêle, qui permettent d’absorber les nutriments, et conduit à un syndrome dit « de malabsorption », concernant principalement le fer, le calcium, et l’acide folique, indispensables au bon fonctionnement de l’organisme. A terme, le risque le plus grave est celui de cancer de l’intestin et de lymphome.

La maladie cœliaque est plus souvent associée au diabète de type 1 ainsi qu’à d’autres maladies auto-immunes, et la présence d’une de ces maladies doit rendre vigilant au dépistage de l’ensemble du spectre auto-immun.

Article réservé aux abonnés

Réagissez (0) Clics: 1811

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives

Plasma riche en plaquettesGénéralités

Les lésions tendineuses ou tendinopathies (maladies du tendon) font partie des blessures (du sportif ou non) les plus fréquentes de l’appareil locomoteur et représentent plusieurs millions de cas par an dans le monde.

Elles font partie de ces pathologies dont on pourrait imaginer qu’elles sont faciles à traiter et qui pourtant compliquent la vie des patients mais aussi de leurs médecins.

Les tendinites sont la première cause de douleurs chroniques et de séquelles fonctionnelles du sportif. Elles sont le plus souvent d’origine sportive mais aussi d’origine professionnelle.

Réagissez (2) Clics: 39221

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Reforme du Code du travail

Généralités

Jusqu'à présent la médecine du travail est régie par le Code de Santé Publique et depuis 1946 l'Etat est garant de la santé du salarié et du droit à travailler. Le médecin du travail a un rôle exclusivement préventif dans l'entreprise pour tous les salariés.

Ses principales missions s'exercent  dans l'intérêt exclusif de tous les salariés concernant l'adaptation, l'aménagement au mieux du poste de travail.

Réagissez (0) Clics: 1118

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives

RPSIntroduction

Le terme de risques psychosociaux est à la mode. Il est sur toutes les lèvres. Soit il fait  peur, soit il est brandi en étendard afin de faire valoir des droits, notamment celui au bonheur au travail. Pourtant, n'oublions pas que le terme de travail vient du mot tripalium qui signifie instrument de mesure !

Ensuite, une lecture seulement psychologique ou seulement sociologique, ne permet pas de rendre compte de l’essentiel car les deux approches font système. Le bien-être de l’individu au travail se construit en écho au niveau psychologique et dans l’intégration au sein du collectif social de l’entreprise.

Réagissez (0) Clics: 2304

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

CystiteGénéralités

L’urine se forme au niveau des reins, passe par les uretères, rejoint la vessie où elle est stockée puis s’évacue lors de la miction par l’urètre et enfin le méat urétral.

L’urine est normalement stérile, cependant il peut arriver qu’elle soit contaminée par des bactéries, provenant dans l’immense majorité des cas du tube digestif (Escherichia Coli) du fait d’une grande proximité entre l’anus et le méat, et de la brièveté de l’urètre chez la femme (environ 2.5 cm).

 

Réagissez (0) Clics: 3932

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives

SeringueGénéralités

La mésothérapie constitue une alternative aux traitements conventionnels dans le cadre de la prise en charge des douleurs aiguës et chroniques.

 

Réagissez (0) Clics: 2089

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

ThyroideIntroduction

Cette petite glande, en forme de papillon, située à la base du cou est un véritable chef d’orchestre. Les musiciens que, sont nos organes, vont immédiatement réagir en cas de dysfonctionnement. Et la partition ne pourra donc pas être correctement exécutée. Le nombre de patients et surtout patientes, atteints de dysthyroïdie, ne cessent de croître, la recherche d’un dérèglement en devient presque routinier.

Réagissez (0) Clics: 3595

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives

medicamentsIntroduction

Les A.O.D (appelés également « NACO » pour nouveaux anticoagulants oraux) sont apparus sur le marché en France dans les années 2000 avec un succès premier mitigé. Aujourd’hui ils font partie du paysage médical où ils sont utilisés avec enthousiasme mais parfois avec réserve.

Leur utilisation, simple de prime abord, ne doit pas faire oublier leurs effets secondaires.

Nous allons aborder dans cet article leur mode d'action, leur pharmacodynamie, leurs indications et vous donner quelques clefs du bon usage de ces molécules en les comparant aux antivitamines K (anticoagulants par voie orale, plus anciens).

Réagissez (0) Clics: 8174

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

PalpitationsGénéralités

« J'ai le cœur qui s'emballe », « je ressens une gêne dans la poitrine avec une sensation d'arrêt de mon cœur » sont des phrases régulièrement entendues dans les cabinets de médecine générale ou chez les cardiologues. A l'état normal, le cœur bat de façon régulière et on ne le sent pas battre hormis au cours d'un effort intense. Si le cœur s'accélère ou se met à battre la chamade ou irrégulièrement, on appelle cela des palpitations.

 

Réagissez (0) Clics: 2187

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives

Risque suicidaireGénéralités

En France, un décès sur 50 est un suicide, et on estime qu’une personne donnée sera confrontée, sur une période de quarante ans, au décès par suicide d’une à trois personnes de son entourage immédiat.

La France a un des taux d’espérance de vie parmi les plus élevés du monde, mais également un taux de suicide parmi les plus hauts en Europe.

Pour l’ensemble des 28 pays de l’Union européenne, le taux standardisé de décès par suicide s’élève à 12 pour 100 000 habitants en 2010.

La France métropolitaine, avec un taux standardisé de décès par suicide de 18, se situe parmi les pays européens ayant un taux des plus élevés, après la Finlande, la Belgique et la plupart des pays de l’Est.

Ces données sont issues du rapport édité en novembre 2014 par le ministère de la Santé dans le cadre de l'Observatoire national du suicide : suicide, état des lieux des connaissances et perspective de recherche.

Réagissez (0) Clics: 2718

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

PhlebiteGénéralités

Un grand nombre de décès brutaux reste souvent inexpliqué, et pourtant il est fort probable qu'ils soient liés à la migration d'un caillot vers l'artère pulmonaire provoquant l'embolie pulmonaire, complication majeure de la thrombose veineuse profonde (TVP).

La fréquence de la thrombose veineuse est mal connue du fait de l'absence de signes cliniques et la présence de symptômes peu spécifiques. C'est pourquoi il est primordial d'identifier les personnes et les situations à risque et de mener une prévention efficace.

Réagissez (0) Clics: 1940

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Rachis lombaire lombalgie commune miniatureMise au point 2016

Nous traiterons essentiellement dans cet exposé les lombalgies communes c’est-à-dire : d’origine fonctionnelle (sans cause organique).

Nous exclurons avec le plus grand soin, par l’interrogatoire, les investigations cliniques et paracliniques nécessaires (radiographie / biologie) : l’absence d’un diagnostic différentiel pouvant être responsable d’une symptomatologie similaire au début, c’est-à-dire les lombalgies symptomatiques (révélatrices d’une autre maladie), sortant du cadre du traitement par mésothérapie : origine tumorale, infectieuse, rhumatismale inflammatoire, malformation congénitale, hernie discale (compressive, symptomatique).

Réagissez (0) Clics: 3336

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives

PeauGénéralités

L’arthrose constitue le premier motif médical après les maladies cardiovasculaires. C’est une maladie douloureuse et véritablement handicapante. Elle est responsable d’une dégradation évidente de la qualité de vie de nos patients. L’arthrose a des conséquences socio-économiques notables et son coût économique est 7 fois supérieur à celui de la polyarthrite rhumatoïde.

Réagissez (0) Clics: 1375

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

ReinIntroduction

Docteur, « j'ai mal aux reins ! », une bien curieuse expression.

Qui n'a pas prononcé ou entendu cette phrase utilisée dans le langage courant ? C'est un abus de langage et une erreur, car hormis le cas d'une colique néphrétique, c'est-à-dire un calcul bloquant le conduit qui transporte l'urine du rein vers la vessie qu'on appelle l'uretère, la douleur est d'origine vertébrale. Mais, cette expression a un double avantage, d'une part elle prouve que la majorité des gens situent bien cet organe et d'autre part ils savent que sauf exception, il y en a deux.

Réagissez (0) Clics: 1511

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Varices

Introduction

Quelle veine ! Le traitement chirurgical des varices n'est plus unique ! Recommandations comparatives.

Les veines sont des vaisseaux sanguins qui se présentent comme des tuyaux souples, compressibles, avec des valves anti-reflux internes. Elles se situent en profondeur ou superficie, leur calibre normal est compris entre 2 mm et 10 mm de diamètre antéropostérieur.

Elles transportent le sang de la périphérie de l'organisme vers le cœur. Elles sont d'autant plus toniques à la marche, l'appui de la plante du pied sur le sol favorise mécaniquement la pompe veineuse, le "retour veineux".

Les varices se définissent par l'association au sein d'une veine d'une dilatation avec une fuite valvulaire et une altération de la paroi veineuse.

Les varices sont des symptômes de l'insuffisance veineuse chronique.

Réagissez (0) Clics: 4840

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

technique correction viscerale vesicule biliaireGénéralités

L’ostéopathie est très riche et cet article ne se prétend pas exhaustif. Il cherche à définir de façon simple ses principales méthodes manuelles et à citer les principaux troubles auxquels ces actions s’adressent.

Ce préalable suppose que, contrairement à certaines idées reçues, l’ostéopathie ne peut pas tout soigner !

 

Réagissez (0) Clics: 4689

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

correction tete radiale anterieureGénéralités

Les douleurs de la face externe du coude sont couramment appelées « tennis elbow », mais elles ne sont pas l’apanage du sportif et peuvent être provoquées par certains gestes répétitifs de la vie quotidienne ou certaines activités professionnelles. La souris d’ordinateur est de plus en plus souvent incriminée dans son origine, mais il peut s’agir de bricolage ou de jardinage. Globalement, une proportion équivalente d’hommes et de femmes est concernée par ce problème, pouvant parfois revêtir un caractère chronique et rebelle aux traitements usuels.

La cause la plus fréquente est l’inflammation du tendon commun des muscles épicondyliens à son insertion osseuse, mais ce n’est pas la seule cause. Le rôle du médecin est avant tout de savoir en reconnaître l’origine, car pour certaines d’entre elles les manipulations articulaires sont très intéressantes. Ces dernières sont désormais reconnues sous la dénomination de Médecine Manuelle-Ostéopathie.

Article réservé aux abonnés

Réagissez (0) Clics: 3253

Vote utilisateur: 1 / 5

Etoiles activesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

osteo musculaire lombaireGénéralités

La lombalgie est le mal du bas du dos. « Tout le monde a eu, a ou aura un jour mal au dos ! », cet adage bien connu est statistiquement vérifié car les lombalgies constituent un problème de santé publique : 80 % de la population est concernée au cours de sa vie.

 

Réagissez (0) Clics: 4436

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Test de Mac MurrayIntroduction

Le blocage du genou d’origine méniscale est un motif de consultation fréquent chez le sportif (football, ski, rugby…) mais aussi chez Monsieur « tout le monde ». Chaque genou contient un ménisque interne et un ménisque externe, c’est l’interne qui est le plus souvent concerné. Les manipulations des ménisques font partie des techniques traditionnelles d’ostéopathie « périphérique », c’est-à-dire des articulations des membres. Ces corrections ont pour but de « débloquer » l’articulation. Elles peuvent être utilisées souvent, mais pas toujours, car il existe des contre-indications que le médecin-ostéopathe devra respecter après un examen clinique soigneux.

Réagissez (0) Clics: 23338

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives

ouverture externe en varusIntérêt des manipulations

Les manipulations ostéopathiques créent un écartement bref des surfaces articulaires focalisé sur l’un des compartiments du genou, ce qui permet de favoriser un repositionnement méniscal correct entre le condyle fémoral et la glène tibiale. On peut ainsi distinguer des manœuvres pour le ménisque interne et d’autres pour le ménisque externe.

Cette théorie est étayée par des études biomécaniques. Ainsi, la manipulation agit sur le phénomène de coincement méniscal mais pas sur une éventuelle lésion anatomique. Dans le cas d’une pathologie fonctionnelle pure, sans lésion tissulaire, les manipulations ostéopathiques permettent la “normalisation” de la mobilité méniscale. Mais dans le cas d’une pathologie lésionnelle, l’action de la correction est purement symptomatique sur le phénomène de blocage.

Article réservé aux abonnés

Réagissez (0) Clics: 4721

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

photo 1 cervicalDéfinitions et bases physiologiques

« Docteur, j’ai peur que vous me fassiez craquer les vertèbres ! » Bon nombre de patients pensent que l’ostéopathie se résume aux manipulations dites « structurelles », c’est-à-dire celles qui comportent une impulsion rapide suivie d’un bruit de craquement, source d’appréhension.

Il n’en est rien et l’ostéopathie englobe de très nombreuses techniques alternatives qu'un bon médecin-ostéopathe devra maîtriser pour pouvoir les proposer à ses patients. Certaines d’entre elles, dites « fonctionnelles », sont très douces et ne s’accompagnent pas de ce fameux bruit. Mises au point par différents praticiens américains (Jones, Baker, Sutherland…), leur plus grande particularité est qu’elles n’utilisent ni mise en tension des muscles, ni manipulation des cartilages pour effectuer le traitement. Tout au contraire, le praticien cherche à placer le sujet dans une position caractérisée par un confort maximal au niveau de la région douloureuse.

Article réservé aux abonnés

Réagissez (0) Clics: 2323

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

medicamentsGénéralités

Certaines publications scientifiques, pour certaines médiatisées à grand renfort d’alarmisme devenu une habitude, ont jeté le trouble et, paradoxe, l’angoisse, sur cette famille de médicaments.

« Prends un Lexo », devant une angoisse, est devenu une parole populaire, s’inscrit aujourd’hui dans le langage banalisé.

Cette « démocratisation » cache, comme souvent en fait, une méconnaissance de la réalité de ces thérapeutiques qui, comme toujours ne sont en rien banales. Plus exactement, ces médicaments d’apparence anodine méritent qu’on s’y attarde pour ne pas faire de ces faux anges, de véritables démons à l’usage banalisé et erroné.

Pour une bonne compréhension, nous définiront cette classe médicamenteuse, comme celle des médicaments qui agissent sur l’anxiété pathologique, c’est-à-dire l’angoisse.

Réagissez (0) Clics: 2795

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Catatonie miniatureGénéralités

Cette affection sous-diagnostiquée, et donc sous-traitée, mérite néanmoins certains éclaircissements à l'éclairage des moyens modernes actuellement mis en jeu et utilisés en psychiatrie.

Les premières descriptions cliniques de ce syndrome, ainsi que sa classification nosographique, datent de la fin du 19ème siècle et du début du siècle dernier, sans évolution majeure jusque dans les années 1970, période durant laquelle une profonde remise en question s'est opérée ouvrant la porte d'une nouvelle compréhension Initialement et historiquement englobée au sein du spectre des Schizophrénies, la Catatonie s'est aujourd'hui autonomisée du fait de son existence dans d'autres groupes de maladies psychiatriques telles que les troubles de l'humeur au sens large, mais également lors de certaines maladies somatiques, métaboliques, infectieuses, toxiques et auto-immunes.

Réagissez (0) Clics: 1073

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

medecin-patient-5

Généralités

"Docteur, j’ai tout pour être heureuse et pourtant je ne le suis pas"...

Voici l’entrée en matière classique de la consultation, d’une personne souffrant d’un trouble dépressif, médicalement appelé « Etat Dépressif Majeur (EDM) ».

La dépression est une maladie, une authentique maladie… du cerveau.

Évidemment pas le cerveau « intellectuel », moteur ou sensoriel, mais du cerveau « émotionnel ou affectif » représenté par le système Limbique.

Il ne s’agit pas d’une « faiblesse du caractère », ni d’une fragilité psychologique constitutive, mais bien d’un dysfonctionnement de certaines zones cérébrales, appartenant au système limbique.

Maladie fréquente, présente chez environ 8% de la population générale, touchant tous les âges de la vie, présente quelque soient les cultures, les zones géographiques, les catégories sociales.

Réagissez (0) Clics: 3847

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

medecin-patient

Définition

L’accouchement représente un événement particulier dans la vie d’une femme. Au même titre que la grossesse, il existe d’authentiques maladies psychiques spécifiques de cette situation.

La dépression du post-partum en est une, se définissant comme un état dépressif majeur survenant dans les suites d’un accouchement.

Cet état dépressif survient classiquement à distance de l’accouchement, entre la quatrièmement et la sixième semaine. Mais, la définition exacte de cette maladie accepte le développement d’une dépression jusqu’à un an de distance de la délivrance.

 

Réagissez (0) Clics: 3013

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

DepressionGénéralités

On rencontre régulièrement lors de l’évolution de certaines affections organiques, dites somatiques, la coexistence d’un Etat Dépressif Majeur (EDM). On parle alors de « comorbidité ».

Les questions qui surviennent lors de l’émergence de cette comorbidité «psychosomatique» sont importantes à traiter, évidemment à visée diagnostique, mais plus essentiellement à visée thérapeutique.

En effet, méconnaître cette association « malheureuse » détermine souvent des échecs thérapeutiques, tant sur le traitement de l’affection somatique que sur le plan du pronostic de la prise en charge de l’affection organique concomitante.

L’association entre une affection somatique et une dépression est assez fréquente puisqu’on retrouve cette comorbidité chez environ 20 % des patients porteurs d’une affection organique. Pour mémoire, il est bon de se rappeler que la dépression concerne environ 6 à 8 % de la population générale.

 

Article réservé aux abonnés

Réagissez (0) Clics: 2708

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

medecin-patient-8

Généralités

La folie d’amour chaste ou érotomanie est une maladie est rentrée dans le domaine populaire, comme de nombreuses autres affections psychiatriques, paradoxalement sous des aspects légers et grivois malgré la sévérité et la gravité de son pronostic.

L’érotomane, femme trivialement vécue comme un fantasme masculin assez fréquent, est régulièrement connotée de façon « excitante » et sexuelle, ce qui ne représente absolument pas sa définition médicale, comme nous allons le voir.

Cette maladie a été clairement identifiée et définie par un psychiatre français, Gaëtan de Clérambaud, au début du XIXe siècle.

Réagissez (2) Clics: 3270

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

GrossesseGénéralités

Nous aborderons dans cet article, les différentes pathologies et troubles psychiatriques qui peuvent soit survenir, soit être modifiées lors de la grossesse chez la femme.

En effet, si certaines pathologies sont spécifiques à cet état naturel, habituellement vécu de façon heureuse, la grossesse survenant chez une femme porteuse d’une affection psychiatrique préexistante s’accompagne fréquemment d’une évolution, pas toujours négative, de ces affections.

Comme toujours, chaque grossesse est unique et il ne s’agit pas d’entendre cet article comme une vérité, mais comme une information que nous voulons claire et objective, face à un questionnement souvent anxieux, des patients durant cette période particulière et hautement chargée émotionnellement.

Article réservé aux abonnés

Réagissez (0) Clics: 2437

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

InsomnieLe mal du siècle ?

Qui n’a jamais eu à se plaindre d’insomnie ? Quelle personne n’a jamais évoqué cette plainte ? Qui n’a jamais pris un « somnifère », ou conseillé à un tiers d’en prendre ?

La réponse est assez simple à trouver : tout le monde a été confronté de façon ponctuelle ou chronique à ce désordre bénin et itératif pour certains ou à ce véritable trouble pour d’autres.

Notre propos ici concernera les véritables Insomnies qui relèvent d’une prise en charge médicale. L’objet de cet article répond également au constat d’une importante automédication en médicament hypnotique, dont nous verrons les erreurs classiques, en essayant de faire changer les comportements.

Réagissez (0) Clics: 3050

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives

Jeux videoIntroduction

Il est tout d’abord nécessaire de définir « l’addiction ». Cette notion est d’étymologie latine, « ad-dicere », renvoyant à l’esclavage et donc à la dépendance sous-tendue par une perte de liberté.

Durant le Moyen-Age, être « addicté » était une obligation, une condamnation par un tribunal, d'un débiteur qui ne pouvait pas rembourser sa dette financièrement, à payer son créancier par son travail, correspondant à une sorte de contrainte par corps. Le sujet « addicté » devenant en quelque sorte l’esclave de son créancier.

On retrouve ainsi une dimension essentielle de l’addiction qui est de « mettre son corps en jeu ».

Réagissez (0) Clics: 2657

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

FibromyalgieGénéralités

La fibromyalgie est désormais quasiment reconnue comme un syndrome douloureux complexe et diffus, plus qu'une véritable maladie qu’on pourrait autonomiser clairement. Elle est décrite maintenant pratiquement depuis un siècle, et pourtant encore vivement controversée dans sa légitimité, en dépit d'un nombre considérable de publications scientifiques, de plusieurs spécialités telles que la rhumatologie, l’orthopédie et la médecine interne.

La constance des troubles psychiatriques observés active un débat permanent quant à la filiation avec une entité morbide psychiatrique, pourtant non prouvée, bien que le diagnostic soit actuellement porté la plupart du temps par le rhumatologue ou l’interniste.

Ainsi, la légitimité du psychiatre dans la prise en charge de cette entité n’est aujourd’hui plus à remettre en cause, d’autant que les hypothèses causales renforcent la dimension psychique de cette affection polymorphe.

Réagissez (0) Clics: 4340

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives

Personnalite borderlineGénéralités

Sans être tout à fait identique, la personnalité borderline recoupe, voire même est souvent confondue avec la notion d’état limite.

L’appellation «personnalité borderline», valable dans le manuel diagnostic anglo-saxon DSM, rejoint la « personnalité émotionnellement labile » dont il existe deux types (type impulsif et type borderline) dans le manuel diagnostic international CIM10.

Même si ce terme de personnalité borderline est actuellement facilement utilisé, souvent d’ailleurs de façon inappropriée, ce qui pourrait laisser penser qu’il s’agit d’une expression moderne, le terme de «borderline» a été utilisé pour la première fois aux États-Unis pour qualifier des cas de symptômes physiques survenant dans des affections psychiatriques, avant d’être oublié.

Réagissez (2) Clics: 2906

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives

SismotherapieGénéralités

La sismothérapie, également dénommée électro convulsivothérapie (ECT) ou plus trivialement « électrochocs », est encore largement sous-utilisée, malgré des preuves paradoxalement très anciennes de son efficacité dans certaines pathologies psychiatriques.

On peut bien entendu y voir l’impact d’une médiatisation péjorative de cette authentique thérapeutique, se voyant affublé de « traitement barbare », « stratégie thérapeutique d’un autre âge »…. caricaturée lors d’un célèbre film, magnifique par ailleurs.

Réagissez (0) Clics: 1686

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives

TrichotillomanieIntroduction

La trichotillomanie consiste en l'arrachage compulsif des cheveux, des poils ou des sourcils pouvant aboutir à une alopécie plus ou moins importante. Il s'agit d'une addiction gestuelle.

Réagissez (0) Clics: 2629

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

LithiumGénéralités

Un peu d’histoire, la découverte des sels de lithium a été faite en 1817 par un scientifique suédois du nom de Johan Arvedson.

Initialement utilisé pour le traitement de la goutte (1850), ce n’est que tardivement et de façon fortuite que l’intérêt du lithium fut repéré en Psychiatrie.

En 1949, John Cade, un psychiatre australien, mit en évidence les effets bénéfiques du carbonate de lithium dans la phase maniaque de la « psychose maniacodépressive », ancienne dénomination des troubles bipolaires actuels.

Le seuil thérapeutique, quant à lui, n’a été fixé qu’en 1967, soit pratiquement 30 ans après la mise en évidence des effets thérapeutiques de ce traitement.

Article réservé aux abonnés

Réagissez (0) Clics: 3184

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Burn outGénéralités

Bien que cela soit aujourd’hui un sujet « à la mode » hautement médiatisé, ce syndrome pourtant très ancien, n’a toujours pas obtenu sa véritable reconnaissance au sein des pathologies mentales.

Preuve en est son absence d’inclusion dans le nouveau manuel diagnostic anglo-saxon des affections mentales, le DSM 5e version, et semble-t-il dans la future version internationale équivalente, la CIM 11.

On retrouve en effet, essentiellement dans la littérature, des descriptions de ce syndrome chez des écrivains, des instituteurs « morts à la tâche ». Le terme « burn-out » se retrouve d’ailleurs semble-t-il pour la première fois chez Shakespeare en 1599, désignant un excès de travail entraînant une mort précoce.

Réagissez (1) Clics: 4324

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Schizophrenie 3Généralités

Cette affection est remarquable à plusieurs points de vue. S’il s’agit clairement d’une schizophrénie, le fait de sa périodicité dans le temps, impliquant des fluctuations de l’humeur, la rapproche également des troubles bipolaires. Cette maladie est habituellement considérée comme l’élément de transition entre ces deux groupes de pathologies, permettant d’argumenter l’hypothèse d’un continuum morbide entre les schizophrénies et les troubles bipolaires.

De façon simplifiée, le trouble schizoaffectif peut être défini par l’alternance de périodes « schizomaniaques » et de périodes « schizodépressives », mais sans intervalle libre, asymptomatique, entre ces périodes, en raison de la persistance de symptômes schizophréniques intercritiques.

Mais nous y reviendrons de façon plus approfondie.

Article réservé aux abonnés

Réagissez (0) Clics: 3030

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives

AntidepresseursGénéralités

Les traitements antidépresseurs font partie des thérapeutiques reconnues par le corps médical, comme ayant représenté une avancée majeure dans la prise en charge des pathologies cibles de ce type de molécules.

On pourrait penser que la dénomination « antidépresseur » correspondrait exclusivement à la cible privilégiée de cette classe médicamenteuse, à savoir les troubles dépressifs, ce qui, nous allons le voir, ne représentent pas la réalité.

Réagissez (0) Clics: 1559

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

medicamentsGénéralités

Les antipsychotiques (également appelés neuroleptiques) sont des molécules hétérogènes en termes de structure chimique, mais dont les actions pharmacologiques sont assez similaires. En effet, ils sont tous responsables d’un blocage des récepteurs dopaminergiques, en particulier D2, ce qui est responsable des effets antipsychotiques mais également des effets secondaires dits « parkinsoniens ».

Réagissez (0) Clics: 2464

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Depression resistanteL’état dépressif majeur (EDM) est une affection fréquente, dont l’issue est habituellement favorable. En effet la guérison est effective dans environ 80-85 % des cas.

Si la guérison représente donc la « règle », celle-ci est parfois lente, longue, relevant d’une prise en charge plus complexe.

 

Définition

La dépression résistante se définit classiquement comme un état dépressif majeur demeurant symptomatique après l’essai de DEUX antidépresseurs appartenant à DEUX classes différentes, prescrits (et effectivement pris par le patient) à durée et posologie efficaces.

Ainsi, la dimension de résistance implique une dimension d’échec complet ou relatif de la prise en charge précédente, sous-tendue donc par une notion d’intervention thérapeutique.

 

Réagissez (0) Clics: 2574

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

MelancolieGénéralités

Avec cette catégorie d’affections psychiatriques, jamais l’appropriation du sens de cette terminologie par le langage populaire n’a été aussi éloignée de la réalité médicale.

La référence à ce sentiment de tristesse généré par un paysage ou une situation, en particulier amoureuse, cher au romantisme littéraire, n’est hélas pas congruente avec la médecine.

À l’inverse de cette vision souvent atténuée, les mélancolies regroupent quelques-unes des plus graves maladies psychiatriques, de par leur pronostic et leurs complications potentielles.

Réagissez (0) Clics: 3286

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Schizophrenie 5Introduction

Le 5e opus sur les schizophrénies concerne les principales hypothèses causales ou étiopathogéniques qui sont actuellement explorées.

La meilleure compréhension des mécanismes intimes de ces maladies, mais également la recherche de facteurs de vulnérabilité intrinsèques et contextuels sont fondamentales dans une optique curative et préventive de ces maladies au pronostic sombre.

Bien entendu, cet article ne fera que survoler les différentes hypothèses actuellement les plus étayées et ne sera pas non plus ni exhaustif ni définitif, en raison de l’incroyable dynamisme de la recherche dans les neurosciences et les schizophrénies.

Nous consacrerons également quelques chapitres aux hypothèses, plus classiques parfois, impliquant les approches psychanalytiques, comportementales et systémiques des schizophrénies, dont l’intérêt se situe au-delà d’une approche historique pour représenter encore aujourd’hui un fil conducteur des prises en charge de ces pathologies.

Article réservé aux abonnés

Réagissez (0) Clics: 1715

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

SchizophrenieGénéralités

Il est habituel de parler de la schizophrénie alors que dans les faits, il s’agit d’un groupe d’affections assez hétérogènes mais néanmoins contenant plusieurs entités reconnaissables et identifiables qu’il convient d’individualiser pour une meilleure compréhension de ces pathologies.

Plusieurs articles seront donc consacrés à cette constellation d’affections psychiatriques.

Nous évoquerons :

  • La clinique des schizophrénies, c’est-à-dire les symptômes communs au groupe des schizophrénies
  • La schizophrénie à début précoce 
  • Le trouble schizoaffectif 
  • La schizophrénie tardive et la psychose hallucinatoire chronique (PHC) 
  • Les hypothèses étiopathogéniques des schizophrénies incluant les hypothèses génétiques, neurologiques, biochimiques et psychologiques 
  • Les troubles somatiques des patients schizophrènes 
  • Les traitements des schizophrénies.

Réagissez (0) Clics: 3199

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Phobie socialeGénéralités

La complexité de cette affection réside essentiellement dans son diagnostic, pas dans ses formes classiques ou typiques, mais plutôt dans le cadre des troubles de faible retentissement personnel ou de faible intensité, qui pourraient être compris comme une timidité plutôt qu’une véritable maladie relevant d’un traitement approprié.

 

Réagissez (0) Clics: 2504

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Schizophrenie 6Introduction

La complexité de la prise en charge des patients schizophrènes est telle qu’un article entier se doit de lui être consacrée. Complexe, mais également évolutive, ce qui fait de cet article un dossier ouvert, probablement remis en question d’ici quelques années.

La diversité symptomatique définissant la grande hétérogénéité des schizophrénies, impose au lecteur une certaine souplesse intellectuelle au moment où nous allons aborder la prise en charge symptomatique et diachronique des schizophrénies car, chaque cas étant individuel, l’ensemble des possibilités thérapeutiques pourra être combiné afin d’envisager une prise en charge personnalisée.

Réagissez (0) Clics: 2052

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives

consultation 1Généralités

Anciennement dénommé « Bouffée Délirante Aigüe (BDA) », cet épisode pathologique est particulièrement impressionnant dans son expressivité symptomatique.

Il est d’autant plus mal vécu par le porteur de ce trouble et son entourage, qu’il correspond à ce que nous décrivons comme « un orage dans un ciel serein ».

L’absence de signal précurseur vraiment clair, associé à la brièveté habituelle de cet épisode morbide, le singularise parmi les troubles psychiques, de même que la richesse des symptômes rencontrés et qui participent de sa définition.

 

Réagissez (0) Clics: 3053

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Schizophrenie 2Introduction

L’âge moyen du début des schizophrénies fait que ce groupe de maladies concerne essentiellement l’adulte jeune.

L’hétérogénéité de ce groupe d’affections fait qu’au-delà des formes classiques largement majoritaires, il existe quelques cas particuliers touchant d’autres âges de la vie.

On parle de schizophrénie à début précoce lorsque l’épisode psychotique débute durant l’adolescence, c’est-à-dire avant 18 ans. Et dans de cas rares cas, il a pu être évoqué des schizophrénies débutant durant l’enfance, c’est-à-dire avant 13 ans.

On distingue aujourd’hui ces schizophrénies infantiles d’autres troubles psychotiques se développant durant l’enfance, en particulier de ce qu’on appelle les troubles envahissants du développement, mais aussi des autismes.

L’enjeu de la connaissance de ces formes précoces réside bien évidemment dans la mise en place le plus précocement possible d'une prise en charge adaptée, afin d’améliorer un pronostic malheureusement sévère, d’autant plus sévère s’il existe un retard diagnostic.

Article réservé aux abonnés

Réagissez (0) Clics: 7328

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives

Schizophrenie 4Généralités

Dans la lignée des articles concernant les schizophrénies et après avoir évoqué les schizophrénies à début précoce, il est nécessaire de s’intéresser au trouble d’allure schizophrénique de début tardif.

Néanmoins, le concept de « schizophrénie tardive » est peut-être impropre, ou tout du moins n’est pas reconnu par la totalité de la communauté médicale internationale en particulier francophone, qui préférera le terme de psychose hallucinatoire chronique (PHC).

Par ailleurs, si proches soient-elles, ces deux entités, classiquement confondues, ne sont peut-être pas aussi superposables l’une et l’autre.

Pour une meilleure compréhension, nous évoquerons essentiellement le concept de psychose hallucinatoire chronique, entité historiquement française, non par chauvinisme déplacé, mais bien plus devant l’acceptation progressive de cette maladie au sein des nosographies internationales.

Réagissez (0) Clics: 5169

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives

SomniferesGénéralités

Cet article fait suite et approfondit l’article sur les insomnies déjà publié.

Ces stratégies thérapeutiques comportent des propositions pour certaines générales, valides quel que soit le type d’insomnie présenté, et pour d'autres quelques particularités thérapeutiques.

Parmi les éléments thérapeutiques, sans doute minimaux et parfois suffisants, on peut décrire des règles d’hygiène et de régulation du cycle veille-sommeil.

Article réservé aux abonnés

Réagissez (0) Clics: 2066

Vote utilisateur: 2 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Généralités

On retrouve les premières descriptions de ce trouble dès le milieu du 19ème siècle, mais ce trouble ne fut considéré comme étant une pathologie psychiatrique qu’à partir de 1951, grâce aux travaux du Dr. Asher.

Cette dénomination évoquant les histoires d’exploits militaires fantastiques et invraisemblables d’un baron Prussien, assorties de très nombreux voyages tout autant invraisemblables et fantastiques, source de moqueries au 18ème siècle.

 

Réagissez (0) Clics: 2867

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

consultation 2Généralités

Historiquement évoqué sous différentes appellations, telles que « la névrose d’angoisse », « la personnalité anxieuse », ce trouble est aujourd’hui bien mieux identifié, diagnostiqué et donc traité.

Par ailleurs, celui-ci est resté longtemps pour la communauté médicale psychiatrique, une question quant à la réalité de son caractère morbide.

Véritable maladie ou simple tempérament ? Particularités d’un caractère anxieux, « normal » ?

Aujourd’hui, tout le monde s’accorde pour le définir comme une authentique maladie, relevant d’une nécessaire et véritable prise en charge médicale et psychologique.

Réagissez (0) Clics: 2740

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Classe d enfantsGénéralités

« Mon enfant est hyperactif », « L’école me dit souvent que mon enfant est insupportable en classe et perturbe les autres », « Les professeurs n’arrêtent pas de se plaindre de mon enfant qui ne tient pas en place »…

Autant de phrases devenues banales, rapportées par des parents inquiets et conscients d’un problème présenté par leur enfant, sans véritablement réussir à le définir.

La frontière, comme souvent entre une « norme » d’un enfant vif, éveillé et remuant et la pathologie d’un trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH), est ténue.

Eclairons cette frontière à la lumière des données de la neuroscience et de la médecine.

Article réservé aux abonnés

Réagissez (0) Clics: 2331

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives

Troubles bipolairesIntroduction

Les Troubles Bipolaires vivent actuellement une seconde jeunesse. Et comme souvent, après une longue période durant laquelle ce trouble était très largement méconnu, tant des professionnels que du public, la modernisation de ce concept génère des excès inverses.

Méconnus hier, peut être aujourd’hui « sur diagnostiqués » ou trop « hâtivement diagnostiqués », ce groupe d’affections mérite des éclaircissements qui seront profitables à la bonne compréhension, mais aussi à la bonne alliance thérapeutique qui représente une des clés de la prise en charge.

Paradoxalement, le fait de « voir des Bipolaires partout », ce qui correspond assurément à la meilleure connaissance de ce groupe d’affections, peut parfois faire errer un diagnostic et donc parfois la prise en charge thérapeutique ; aussi cet article apportera les éclaircissements nécessaires, nous le souhaitons, que méritent ces troubles complexes.

Le traitement des Troubles Bipolaires est abordé dans un autre article.

Réagissez (0) Clics: 5138

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Troubles bipolairesIntroduction

Ce second article concernant les troubles bipolaires sera centré sur leur prise en charge thérapeutique.

Cette prise en charge ne se résume pas aux traitements médicamenteux.

La compréhension moderne des troubles bipolaires implique différents modèles, biochimiques et neurobiologiques, mais aussi psychosociaux, ce qui d’ores et déjà oriente vers des propositions thérapeutiques complexes, seules capables d’envisager la stabilité thymique dans le temps qui demeure actuellement le seul objectif envisageable.

Plusieurs facteurs déterminent également la qualité de la prise en charge et donc le pronostic de ces affections.

Un important travail d’alliance thérapeutique est indispensable comme préalable permettant d’une part une acceptation de la maladie, qui n’est jamais simple du fait de la sévérité de ces affections, et du caractère chronique, imposant une prise en charge de longue durée.

 

Réagissez (0) Clics: 4119

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

medecin-patient-2Généralités

L’ancienne «névrose obsessionnelle» a vécu. Mais au-delà d’un changement de dénomination dans les années 1980, c’est à une nouvelle compréhension de cette affection, la clarification de sa définition ainsi et que de sa prise en charge que nous assistons depuis les dernières décennies.

L’émergence des thérapies cognitivo-comportementales ainsi que l’efficacité avérée de certains médicaments, en particulier certains antidépresseurs, ont permis une véritable révolution des modalités thérapeutiques de cette maladie jusqu’alors d’un pronostic assez péjoratif.

Réagissez (0) Clics: 2406

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

EpauleGénéralités

Une douleur à l’épaule représente l’un des motifs les plus fréquents de consultation en rhumatologie. Environ deux personnes sur trois souffrent ou souffriront un jour d’une épaule douloureuse.

Les douleurs apparaissent souvent pour la première fois entre l’âge de 40 et 60 ans. La plupart du temps il s’agit d’une douleur provenant de la coiffe des rotateurs, mais il peut s’agir également d’un problème d’arthrose, d’arthrite, d’une pathologie articulaire, osseuse ou nerveuse.

Réagissez (0) Clics: 1719

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

GoutteJ’ai mal au pied ; est-ce de la goutte ?

Les douleurs du pied sont un motif fréquent de consultation en rhumatologie ; le diagnostic de goutte est souvent porté par excès car toutes les douleurs du pied ne sont pas en rapport avec de la goutte. A contrario, ne pas évoquer une goutte lors d’une douleur du gros orteil sous prétexte, par exemple, que le dosage de l’acide urique dans le sang (uricémie) est normal, constitue une erreur diagnostique fréquente. La goutte est l’un des rhumatismes les plus fréquents en France.

Réagissez (0) Clics: 1375

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives

Infiltration rachidienne miniatureGénéralités

Vous souffrez d’une lombosciatique. Le traitement médical réalisé en premier intention n'a pas été efficace. Votre rhumatologue vous propose des infiltrations épidurales.

L'objectif des infiltrations épidurales est de réduire l'inflammation locale, responsable principale des douleurs.

Quelles sont les indications ? En quoi cela consiste-t-il ? Comment cela va-t-il se passer ? Est-ce dangereux ?

Réagissez (0) Clics: 14854

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

GonarthroseGénéralités

L’articulation du genou est une articulation portante qui est très fréquemment touchée par l’arthrose, habituellement au-delà de 55-60 ans mais elle peut se développer chez des sujets plus jeunes. L’arthrose est une dégradation du cartilage, qui peut toucher les différentes articulations du genou : fémorotibiale (entre le fémur et le tibia) interne ou externe, et fémoropatellaire (entre le fémur et la rotule). Ses mécanismes d’apparition ne sont pas totalement élucidés et sont le sujet d‘études très nombreuses.

 

Réagissez (0) Clics: 2048

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives

Arthrose digitaleLes pathologies fréquentes de la main qui peuvent gâcher votre quotidien...

Introduction

Dire que la main est le prolongement de notre bras et « l’outil » dont nous nous servons le plus dans notre vie de tous les jours est d’une banalité qui pourrait paraitre affligeante. C’est néanmoins à la main qu’existent de fréquentes pathologies, rarement graves mais parfois invalidantes, qui gâchent notre quotidien. Ce chapitre y est consacré pour tenter de vous aider à faire la part des choses.

Réagissez (0) Clics: 3072

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

 

Réagissez (0) Clics: 1403

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives

Hernie discaleGénéralités

La lombo-sciatique est une affection très courante. Elle est souvent liée à la présence d’une hernie discale.

Réagissez (0) Clics: 4508

Doctinet en chiffres

0
Téléconseils effectués
0
Téléconseillers
0
Articles publiés

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales.