LOGO Doctinet

Annuaire du Conseil National - de l'Ordre des Médecins - de l'Ordre des Sages-Femmes

CoronavirusGénéralités

Le stade 3 de l'épidémie à Coronavirus frappe à nos portes, et avec lui, probablement, une crise sanitaire et économique.

Il ne s'agit pas dans cet article de jouer sur une peur quelconque, ni d'alimenter une psychose ou de juger si trop ou pas assez a été fait. Il s'agit dans cet article de faire un point de la situation afin de sensibiliser les professionnels de santé aux avantages apportés par la téléconsultation dans un contexte épidémique.

La télémédecine est entrée en 2018 dans le droit commun des pratiques médicales. L’une de ses composantes, la téléconsultation (consultation à distance par vidéotransmission entre un patient et un médecin, quelle que soit sa spécialité) est remboursée par l’assurance maladie depuis le 15 septembre, à l’instar des consultations « classiques ».

Au terme d'une téléconsultation, le patient paie son médecin puis se fait rembourser par l'assurance maladie et par la mutuelle dans les mêmes conditions qu'une consultation présentielle.

Depuis fin 2018 la téléconsultation intègre progressivement la pratique médicale mais avec encore certaines réticences provenant du corps médical... Seront-elles levées face à ce contexte épidémique ?

 

A quelles situations devons nous nous préparer en vue de la phase active d'une épidémie qualifiée "stade 3" ?

De nombreuses mesures sanitaires ont été prises graduellement par les autorités des pays les plus touchés par le COVID-19. Ces mesures ont essentiellement pour objectif la limitation de la propagation de l'épidémie entre les individus et par conséquent la protection de la santé des populations et de l'équilibre économique de l'état.

Une épidémie de grande ampleur pourrait avoir de sérieuses conséquences humaines et économiques majorées par la mondialissation et l'interconnection que nous vivons aujourd'hui.

Evolution epidemie

Evolution d'une épidémie : nombre de cas en l'absence et en présence de mesures préventives

Source : The Lancet

 

Quelles sont les mesures qui ont été prises dans les pays qui nous précédé ?

Différentes mesures ont été appliquées progressivement dans les pays d'Asie de l'est puis de l'Europe de l'ouest. L'attitude des pays qui nous ont précédé sur le plan chronologique de l'épidémie, d'une semaine pour l'Italie à trois mois pour la Chine nous permet de nous attendre à :

  • Mise en quarantaine de milliers d'individus qui se retrouvent en confinement, à l'écart de toute autre personne, avec l'impossibilité de se rendre au travail, faire ses courses, voir sa famille ou ses amis. Ne parlons pas des voyages ou des évènements culturels et sportifs ;
  • Restrictions de déplacements des habitants de villes entières, de régions entières, que ça soit par voie terrestre, ferrovière, aérienne ou maritime ;
  • Circonscription de grandes agglomérations ;
  • Mise à l'arrêt d'usines, de commerces, d'entreprises ;
  • Fermeture des écoles et des universités ;
  • Annulation de voyages scolaires ;
  • Fermeture de musées, théâtres, cinémas, salles de spectacle, casinos ;
  • Renforcement de mesures d'hygiène personnelles et collectives.

 

Quelles sont les conséquences économiques et sociales négatives de ces mesures préventives ?

Plus la crise sera longue sur la durée et grave sur le plan sanitaire, plus ses conséquences affecterons durement notre quotidien :

  • Mise au chômage partiel, dépôt de bilan d'entreprises fragiles économiquement ;
  • Ralentissement du tourisme ;
  • Baisse de la croissance ;
  • Chute des cours des bourses internationales ;
  • Chute du cours du pétrole ;
  • Economie plombée avec une nouvelle crise à l'horizon proche ;
  • Désorganisation totale du mode de vie avec parfois la nécessité de garder ses enfants à la maison et impossibilité de se rendre au travail ;
  • Crainte d'aller chez le médecin et de se faire contaminer soit sur le chemin soit dans sa salle d'attente, par une autre personne elle-même infectée ;
  • Rupture de stock de pièces détachées, produits alimentaires, produits de consommation, produits pharmaceutiques de première nécessité.

 

En quoi la pratique de la téléconsultation peut contribuer positivement à la santé des populations et donc à la santé de l'économie et de la société ?

Dans un contexte d'épidémie avec une circulation active d'un virus, le médecin se retrouve en première ligne. C'est lui qui s'expose en premier au virus, c'est également qui fait face aux personnes malades pour les soigner.

C'est la que la téléconsultation prend toute son importance. La possibilité de maintenir une distance et l'absence de contact physique entre le médecin et le patient ou entre le patient et d'autres patients permet de lutter efficacement contre la propagation du virus et à fortiori dans une population déjà fragile.

Qui soignera tous les malades si les médecins eux-mêmes se retrouvent malades et contagieux en même temps ?

De nombreuses consultations non urgentes ne nécessitent pas d'examen clinique et peuvent être soit reportées soit pratiquées par vidéo consultation pendant le stade 3 de l'épidémie. C'est par exemple le cas d'interprétation d'examens complémentaires ; d'un renouvellement d'ordonnances ; de la rédaction d'un certificat médical ou de la prescription d'un masque de protection pour les personnes fragiles ou malades.

Ainsi, plusieurs avantages sont apportés par la vidéo consultation en temps de crise épidémique :

  • Renouvellement d'ordonances notemment dans les EHPAD (Établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes) ;
  • Suivi d’un cas confirmé à domicile par téléconsultation (et en particulier au début de la deuxième semaine, période où l’on peut constater une aggravation des patients. Le patient confirmé doit présenter une forme clinique simple, un niveau de compréhension suffisant et des moyens matériels adaptés). La téléconsultation associée à une télétransmission représente une alternative intéressante à développer. Elle permet un suivi quotidien si nécessaire des patients, limitant ainsi le risque de contamination des soignants en évitant des déplacements itératifs aux domiciles. Pour autant, le suivi du patient nécessite un examen clinique régulier. Ainsi, l’alternance de consultations conventionnelles et de téléconsultation peut être envisagé en situation épidémique. Le suivi du patient à domicile peut être assuré par un infirmier libéral afin de permettre l’évaluation régulière de l’évolution de son état et de s’assurer de la bonne application des précautions et règles d’hygiènes préconisées ;
  • Eviter à un patient la complexité d'un déplacement si des mesures de restriction sont prises ;
  • Désengorger une salle d'attente pour réduire de risque de contaminer d'autres patients fragiles ou de contaminer le professionnel de la santé lui-même ;
  • Réalisation d'économies sur les transports sanitaires déjà saturés en temps de crise ;
  • Limiter la propagation du virus et freiner les chaines de transmission de l'agent pathogène ;
  • Réduire le nombre d'infections nosocomiales.
1
2,5
6,25
15,62
39,06
97,65
244,14

 

Chaine de transmission (évitable grâce à la téléconsultation) pour un taux de contagiosité de 2,5 à partir d'un patient zéro

 

Le CDC (Center for Disease Control and Prevention) a publié des recommandations le 29 février 2020 dans le cadre des mesures pouvant être prises par les établissements de soins en préparation d'une infection à COVID-19. Parmi ces recommandations, le CDC stipule, afin de protéger les patients, d'avoir recours aux technologies de télémédecine et d'outils d'auto évaluation.

Par appel téléphonique ou à l'aide d'une vidéo consultation, le CDC recommande de reconsidérer le parcours médical du patient et de procéder à un tri dans son orientation : patients qui peuvent être traités et surveillés à leur domicile, et ceux, plus gravement atteints, qui nécessitent réellement de se rendre chez le médecin ou en service d'urgence.

La téléconsultation représente un outil tout à fait adapté pour :

  • expliquer aux patients à distance, devant quels symptômes ils devraient se présenter à votre consultation ou plutôt faire appel au service d'urgence (15) ;
  • expliquer et surveiller les soins à distance pour une personne atteinte de COVID-19 et confinée à son domicile.

 

La téléconsultation assouplie par décret

Compte tenu de la situation sanitaire de la France, le Gouvernement a annoncé l’assouplissement des conditions de prise en charge par l’Assurance Maladie des actes de téléconsultation jusqu’au 30 avril 2020. Le décret a été publié le 10 mars 2020 au Journal Officiel et vient faciliter le recours et la prise en charge des actes de télémédecine pour les personnes exposées au covid-19.

Ainsi, face aux risques de transmission à grande échelle du virus et à la possibilité de saturation des structures de soins, cette décision assouplit l’accès à la téléconsultation en levant l’obligation de passer par son médecin traitant. C’était l'une des conditions posées par l’avenant 6 à la convention médicale signé à l’été 2018 pour bénéficier d’un remboursement par l’Assurance Maladie dans le cadre du parcours organisé des soins.

Un système de soins moderne, incluant sans complexes la téléconsultation, permet d'atténuer les effets d'une crise économique secondaire à une crise épidémique. L'utilisation massive des nouvelles technologies de communication vient de faire sa preuve d'efficacité en Corée du Sud, Taïwan et Singapour.

Voilà pour nous, soigants, tout ou partie de l'enjeu à venir, et dans le respect du parcours de soins et de l'éthique médicale...

 

Infographie

 

A lire aussi

 

Source

https://solidarites-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/prises-en-charge-specialisees/telemedecine/article/la-telemedecine

https://www.cdc.gov/coronavirus/2019-ncov/healthcare-facilities/steps-to-prepare.html

How will country-based mitigation measures influence the course of the COVID-19 epidemic?

https://medium.com/@tomaspueyo/coronavirus-act-today-or-people-will-die-f4d3d9cd99ca

 

Pour quels motifs téléconsulter ?

Etes-vous médecin ou sage-femme ? Rejoignez-nous !

Troubles digestifs

  • Brûlures d’estomac et reflux
  • Gastro-entérite simple de l’adulte
  • Diarrhées ou vomissements
  • Constipation

 

Troubles psychiatriques

  • Anxiété
  • Dépression
  • Troubles du sommeil
  • Surmenage
  • Arrêt du tabac ou de l’alcool.

Affections ORL et ophtalmologiques

  • Mal de gorge
  • Sinusite
  • Nez bouché
  • Rhume et syndrome grippal
  • Conjonctivite 

 

Suivi sage-femme

  • ENtretien prénatal précoce à partir du premier trimestre
  • Séances de préparation à la naissance et à la parentalité
  • Bilan valorisant les missions de prévention

Affections uro-gynécologiques

  • Découverte d'une grossesse
  • Cystite, infection urinaire non compliquée
  • Stérilité, infertilité
  • Douleur chronique

Consultation de suivi

  • Réévaluation du patient après une consultation en présentiel
  • Renouvellement d'ordonnance
  • Lecture de résultats d'examens biologiques ou radiologiques
  • Sevrage tabagique
  • Découverte d'une grossesse

Affections diverses

  • Troubles du sommeil
  • Effet secondaire médicamenteux
  • Rédaction d'un certificat médical
  • Prescription de vaccins
  • Acné

Doctinet en chiffres

0
téléconsultations
0
Médecins
0
Sages-femmes
0
Followers sur Twitter
0
des bénéfices réinvestis

Nos engagements

cnil

rgpd

ans

hads

RGPD : Ce site utilise des cookies. L'utilisateur peut effacer librement les cookies de son navigateur. En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre politique de protection des données.