Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Anatomie continence urinaire femmeBases anatomiques de la physiologie vésico-sphinctérienne

La continence urinaire est le résultat d’un équilibre entre la pression intra-vésicale et la pression intra-urétrale. Elle dépend d’un système neuro-musculaire complexe. Pendant la phase de remplissage vésical, la pression urétrale reste supérieure à la pression vésicale chez le sujet continent. Lors d’efforts mettant en jeu les muscles de l’abdomen, la pression vésicale augmente avec le risque théorique d’apparition de fuites urinaires. Le maintien de la continence à l’effort peut s’expliquer par plusieurs mécanismes :

Article réservé aux abonnés

Réagissez (0) Clics: 1958

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Sphincter artificiel 1Introduction

La prostatectomie radicale reste le traitement de référence du cancer de prostate dans sa forme localisée. Les deux principales séquelles de cette intervention sont la survenue d’une dysfonction érectile et d’une incontinence urinaire par lésion du sphincter strié urétral et/ou modification des propriétés biomécaniques de la vessie. L’augmentation du nombre de prostatectomies radicales réalisées chaque année en raison de la popularisation du dépistage du cancer de prostate s’accompagne d’une recrudescence de patients nécessitant la prise en charge d’une incontinence urinaire, en dépit de l’amélioration constante des techniques chirurgicales. L’objectif de cet article est de donner un aperçu de la physiopathologie et des traitements de l’incontinence après prostatectomie radicale.

Article réservé aux abonnés

Réagissez (0) Clics: 3570

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Bandelette sous-uretraleDéfinitions 

L’incontinence urinaire est définie, selon l’International Continence Society (ICS), par « toute perte involontaire d’urine dont se plaint le patient» (Abrams et coll, 2003).

Chez la femme, les formes cliniques les plus fréquentes sont l’incontinence urinaire d’effort, l’incontinence urinaire par impériosité et l’incontinence urinaire mixte.

  • l'incontinence urinaire d’effort est caractérisée par une fuite involontaire d’urine, non précédée du besoin d’uriner, qui survient à l’occasion d’un effort tel que toux, rire, éternuement, saut, course, soulèvement de charges ou toute autre activité physique augmentant la pression intra-abdominale ;
  • l’incontinence urinaire par impériosité est caractérisée par la perte involontaire d’urine précédée d’un besoin urgent et irrépressible d’uriner aboutissant à une miction ne pouvant être différée ;
  • l’incontinence urinaire mixte combine les deux types de symptômes, et souvent l’un des deux types de symptômes est plus gênant que l’autre pour la patiente.

Article réservé aux abonnés

Réagissez (0) Clics: 1651

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Implants peniens trois piecesIntroduction

Le cancer de la prostate est le premier cancer de l’homme par ordre de fréquence. La prostatectomie radicale (PR) est considérée comme le traitement de référence du cancer dans sa forme localisée. Près de 50 000 PR sont ainsi réalisées chaque année en France.

Classiquement, cette intervention chirurgicale est associée à deux complications fonctionnelles majeures qui peuvent altérer la qualité de vie : l’incontinence urinaire (IU, 10 % rapportés dans la littérature) [1] et la dysfonction érectile (DE) [2].

Réagissez (0) Clics: 5423

Doctinet en chiffres

0
Téléconseils effectués
0
Téléconseillers
0
Articles publiés

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales.