LOGO Doctinet

DOCTINET Info : L'information médicale de qualité par des professionnels de la santé, sans publicité - Téléconseil médical - Médecine 3.0 - Portail médical

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Burn outGénéralités

Bien que cela soit aujourd’hui un sujet « à la mode » hautement médiatisé, ce syndrome pourtant très ancien, n’a toujours pas obtenu sa véritable reconnaissance au sein des pathologies mentales.

Preuve en est son absence d’inclusion dans le nouveau manuel diagnostic anglo-saxon des affections mentales, le DSM 5e version, et semble-t-il dans la future version internationale équivalente, la CIM 11.

On retrouve en effet, essentiellement dans la littérature, des descriptions de ce syndrome chez des écrivains, des instituteurs « morts à la tâche ». Le terme « burn-out » se retrouve d’ailleurs semble-t-il pour la première fois chez Shakespeare en 1599, désignant un excès de travail entraînant une mort précoce.

La genèse de ce concept est classiquement attribuée à Harold B. Bradley qui décrivit dès 1969, un état de stress particulier lié au travail.

Mais c’est un psychanalyste Américain, Herbert J. Freundenberger qui, décrivant en 1974 la démotivation psychique et physique d’employés surinvestis dans un centre d’aide à la désintoxication, crée les premières conceptualisations théoriques de ce syndrome.

De ces travaux initiaux et précurseurs, un groupe de chercheurs de l’université de Berkeley, sous l’impulsion de Christina Maslach et d’Ayala Pines, a véritablement popularisé ce concept, aujourd’hui sous-tendu par une littérature publiée riche et transculturelle puisqu’on retrouve au Japon le concept de « Karoshi » (mort par surcharge de travail).

 

Définition

Le premier problème commence par l’absence de définition consensuelle.

« Burn-out », signifiant littéralement « carbonisé, cramé » en anglais, se retrouve sous de multiples définitions dans la communauté scientifique, selon qu’on restreint la définition à certains groupes de travailleurs (en particulier les professions soignantes ou aidantes), ou qu’on définit le « burn-out » comme un état statique ou au contraire dynamique, évolutif dans le temps.

Pour simplifier et clarifier notre propos (même si d’autres modèles conceptuels existent), nous adopterons une définition synthétique, que nous détaillerons par la suite et qui correspond au modèle de C. Maslach :

Le burn-out est une réponse au stress émotionnel chronique comprenant une triple dimension constante :

  • émotionnelle et/ou physique ;
  • une diminution de productivité sous-tendue par un défaut d’accomplissement personnel ;
  • une dépersonnalisation.

Ce modèle tridimensionnel dynamique comporte un séquençage particulier dans lequel l’épuisement émotionnel constitue la première étape suivie par l’apparition d’un sentiment de dépersonnalisation, détériorant l’accomplissement personnel et professionnel.

Il est important de noter, pour valider ce syndrome, que si la dimension professionnelle est nécessaire, elle n’est pas pour autant suffisante pour parler de syndrome « burn-out ».

En effet, l’impact négatif et pénalisant touche la personne dans son entier, ainsi que les relations interpersonnelles au sens large.

Parmi les symptômes d’alerte de la phase initiale, on peut retrouver diversement associés des éléments de consommation énergétique excessive comprenant :

  • Une hyperactivité :
    • La multiplication d’heures supplémentaires volontaires et non payées ;
    • Le sentiment d’être indispensable ;
    • Le sentiment de ne pas avoir le temps ;
    • Le déni de ses échecs et de ses déceptions ;
    • La limitation des relations sociales aux seuls clients ou usagers.
  • Des éléments d’épuisement comprenant :
    • l’impossibilité de s’arrêter ;
    • le manque d’énergie ;
    • le sommeil ressenti comme non réparateur ;
    • une augmentation du risque d’accident.

L’épuisement émotionnel

Il correspond au stress, à l’absence d’énergie, la fatigue, mais aussi à l’irritabilité et l’impulsivité, avec un possible retentissement somatique contre lequel le sujet développe diverses stratégies d’évitement telles que le désinvestissement, l’hyperactivité, le repli, la rigidification secondaire…

Le défaut d’accomplissement personnel

On retrouve :

La démobilisation comprenant une diminution de l’efficacité cognitive (troubles de la concentration, de la mémoire, erreurs dans des tâches complexes, indécision, doutes exagérés…), la démotivation (perte de capacité d’initiative, perte de productivité, grève du zèle), la perte de créativité (réduction de la flexibilité mentale), le manichéisme.

La dépersonnalisation

On retrouve :

La réduction des engagements envers les clients, les patients, les usagers mais aussi de la famille. Une certaine froideur affective, une perte d’empathie, une superficialité de la vie émotionnelle, une certaine indifférence, une perte des hobbies, un ennui, une projection cynique et parfois violente sur autrui…

Cette liste de symptômes est loin d’être exhaustive.

Les professionnels de la santé peuvent s’appuyer sur une échelle classiquement utilisée comme un outil de mesure : La Maslach Burnout Inventory (MBI).

D’autres échelles, peut-être moins restrictives, ont été par ailleurs développées, notamment la « Burnout Measure » qui explore à travers 21 questions trois dimensions : l’épuisement physique (fatigue, troubles du sommeil…), l’épuisement émotionnel (sentiment d’être déprimé, piégé…) et l’épuisement mental (désespoir, sentiment d’inutilité, amertume…).

  Jamais Quelques fois par an Une fois par mois Quelques fois par mois Une fois par semaine Quelques fois par semaine Chaque jour
1-Je me sens émotionnellement vidé(e) par mon travail
             
2-Je me sens à bout à la fin de ma journée de travail
             
3-Je me sens fatigué(e) lorsque je me lève le matin et que j’ai à affronter une autre journée de travail
             
4-Je peux comprendre facilement ce que mes patients/clients/élèves ressentent
             
5-Je sens que je m'occupe de certains patients/clients/élèves de façon impersonnelle comme s'ils étaient des objets
             
6-Travailler avec des gens tout au long de la journée me demande beaucoup d'effort
             
7-Je m'occupe très efficacement des problèmes de mes patients/clients/élèves
             
8-Je sens que je craque à cause de mon travail
             
9-J'ai l'impression, à travers mon travail, d'avoir une influence positive sur les gens
             
10-Je suis devenu(e) plus insensible aux gens depuis que j'ai ce travail
             
11-Je crains que ce travail ne m'endurcisse émotionnellement
             
12-Je me sens plein(e) d'énergie
             
13-Je me sens frustré(e) par mon travail
             
14-Je sens que je travaille « trop dur » dans mon travail
             
15-Je ne me soucie pas vraiment de ce qui arrive à certains de mes patients/clients/élèves
             
16-Travailler en contact direct avec les gens me stresse trop
             
17-J'arrive facilement à créer une atmosphère détendue avec mes patients/clients/élèves
             
18-Je me sens ragaillardi(e) lorsque dans mon travail j'ai été proche de mes patients/clients/élèves
             
19-J'ai accompli beaucoup de choses qui en valent la peine dans ce travail
             
20-Je me sens au bout du rouleau
             
21-Dans mon travail, je traite les problèmes émotionnels très calmement
             
22-J'ai l'impression que mes patients/clients/élèves me rendent responsable de certains de leurs problèmes
             

Total épuisement professionnel

 

Total dépersonnalisation

 

Total accomplissement personnel

 

RESULTATS:
Le MBI explore trois versants: l'épuisement, la dépersonnalisation, l'accomplissement personnel
Epuisement professionnel : questions 1, 2, 3, 6, 8, 13, 14, 16, 20
-total inférieur à 17: burn out bas
-total compris entre 18 et 29: burn out modéré
-total supérieur à 30: burn out élevé

Dépersonnalisation : questions 5, 10, 11, 15, 22
-total inférieur à 5: burn out bas
-total compris entre 6 et 11: burn out modéré
-total supérieur à 12: burn out élevé

Accomplissement personnel : questions 4, 7, 9, 12, 17, 18, 19, 21
-total supérieur à 40: burn out bas
-total compris entre 34 et 39: burn out modéré
-total inférieur à 33: burn out élevé

Un score élevé aux deux premières échelles et un score faible à la dernière signe un épuisement professionnel

 

Épidémiologie

De par les variabilités de définition ainsi que la multitude des échelles de mesure différentes, et souvent la variabilité subjective des réponses aux questionnaires, l’épidémiologie de ce syndrome est également très variable. La prévalence de ce syndrome évolue entre 5 et 20 % dans les populations actives professionnellement.

 

Les facteurs de risque professionnels

Le concept du burn-out se définit dans un contexte spécifiquement lié à l’activité professionnelle.

La contrainte de travail la plus fréquemment associée à l’épuisement professionnel est l’importance de la charge de travail, d’autant plus importante s’il existe une pression temporelle.

Sont également reconnus comme des facteurs de risque :

  • Le faible soutien social de la hiérarchie et des collègues ;
  • Le faible contrôle ;
  • Les faibles récompenses et valorisations ;
  • Le manque d’équité ressentie ;
  • Les conflits de valeurs morales.

En plus de ces contraintes liées à l’environnement de travail, les chercheurs sur le burn-out soulignent l’importance de certaines caractéristiques liées à la nature de l’activité professionnelle elle-même, comme par exemple des activités à forte charge émotionnelle (activités aidantes et soignantes en particulier).

Enfin, devant les évolutions sociétales et professionnelles dans lesquelles la mobilité et la flexibilité professionnelles sont actuellement favorisées, il sera intéressant d’évaluer l’impact du désinvestissement inhérent à ces modes de travail, les employés ne se sentant plus autant « indispensables » à l’entreprise mais se percevant comme des éléments interchangeables et autres variables d’ajustement socio-économique.

S’il existe des contraintes contextuelles professionnelles favorisant la survenue d’un burn-out, certaines particularités individuelles représentant des « déterminants individuels » sont également à décrire.

En particulier, même si historiquement les femmes ont été le plus souvent présentées comme les plus à risque de burn-out, aujourd’hui les études plus récentes sont plus contradictoires et loin d’être affirmatives sur ce point.

De même, l’âge de survenue, mais également le type de personnalité prémorbide, fait encore aujourd’hui débat, au vue de certaines études contradictoires.

Il semblerait par contre que l’existence d’antécédents familiaux et/ou personnels d’état dépressif majeur, serait prédictive d’épuisement professionnel.

 

Conséquences morbides

Bien avant la popularisation du terme burn-out, les auteurs francophones parlaient de « Dépression d’épuisement », signalant la très grande proximité entre ces deux entités morbides, même si aujourd’hui la plupart des auteurs les séparent. En effet, l’absence d’affects dépressifs se retrouve avec une proportion non négligeable chez les patients présentant un authentique burn-out (20 %).

D’ailleurs, la coexistence de ces deux affections est une donnée majeure à évaluer lors de la prise en charge thérapeutique.

Les troubles addictifs sont également classiquement rencontrés en association avec le burn-out, notamment l’alcoolisme.

Enfin il est actuellement établi que l’épuisement professionnel s’accompagne d’altérations du système cardio-vasculaire, musculo-squelettique (en particulier rachidien), mais également une baisse de l’immunité, des diabètes de type 2.

 

A lire aussi

Liste des participants qui ont commenté cet article

  • Invité - philippe

    Bonjour,
    Merci pour votre article très complet sur le surmenage professionnel. J'ai eu quelques cas de personne à bout qui ne retrouvaient plus leur repère et très proche du Burn out (sans y être encore, heureusement). Nous avons pu travailler ensemble et remettre des valeurs et du temps dans leur démarche. L'un d'entre eux a carrément démissionné de son poste pour rebondir !

    Dernière édition du commentaire il y a environ 2 ans par Webmaster DOCTINET Info
Ajouter un commentaire

Doctinet en chiffres

0
Téléconseils effectués
0
Téléconseillers
0
Articles publiés

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales.